Cardinalités

clé étrangère en base de données
3 cardinalités (2 autour de l’association « se_situe » et une dernière tronquée)

Lorsque l’on conçoit une base de données avec le MCD de Merise, on obtient un schéma avec des entités et des associations. Pour préciser au mieux les associations, on utilise des cardinalités. Les cardinalités sont des caractères (0,1, n) qui fonctionnent par couple et qui sont présents de chaque côté d’une association (sur chaque « patte »). Ils donnent des indications très intéressantes et permettent par la suite de construire la base de données :

  • avec la création de clés étrangères dans le cas d’une CIF
  • avec la création d’une table intermédiaire dans le cas d’une CIM

Les cardinalités possibles sont :

  • 0,1 : au minimum 0, au maximum 1 seule valeur (CIF) ;
  • 1,1 : au minimum 1, au maximum 1 seule valeur (CIF) ;
  • 0,n : au minimum 0, au maximum plusieurs valeurs ;
  • 1,n : au minimum 1, au maximum plusieurs valeurs.

Les cardinalités maximales (le côté droit ou le dernier caractère) définissent si la relation est une CIM ou une CIF.

Dans l’image, on a « 1,1 » en cardinalité du côté gauche de l’association et une cardinalité « 0,n » du côté droit. Concrètement, il faut lire les cardinalités ainsi :

  • Une structure se situe dans 1 et 1 seule ville ;
  • Dans une ville peut se situer 0 ou plusieurs (n) structures.

Les cardinalités sont importantes car elles traduisent les règles de gestion, elles doivent être validées avec l’utilisateur final.