à quoi servent les mini bases de données

Quelle est la plus petite base de données opérationnelle ?

On voit plus souvent la course à la performance en ajoutant des fonctionnalités et en traitant toujours plus de données mais l’inverse existe aussi.

Parfois, il y a besoin de systèmes efficaces, performants et dont l’empreinte reste minimale. C’est le cas aussi pour les bases de données. Tour d’horizon des plus petites bases de données fonctionnelles.

Les 2 bases de données SQL les plus légères

  • DeviceSQL ou Ubiquitous KK : ce sytème fonctionne avec seulement 16Ko de RAM. 24Ko est recommandé. En pratique, c’est plutôt entre 50 et 100Ko qui sont utilisés en production. Pour utiliser le moins de mémoire possible, cette base de données ne dispose pas de langage de requête. En utilisant un interpréteur SQL, il faut doubler la mémoire nécessaire. Il y a d’autres ajustements : par exemple, la base de données ne supporte pas l’utilisation de NULL. Cette petite base de données est utilisée lorsqu’il n’y a pas besoin de stocker beaucoup de données (typiquement en utilisation FIFO pour les systèmes embarqués). Inventé par Greg Kemnitz (un ancien de Postgres), la base de données est toujours en activité même si la startup à sa génèse n’existe plus.
  • SQLite : beaucoup plus connu et aussi premier moteur de base de données au monde en nombre d’utilisation (plus d’1 milliard de copies déclarées), il s’agit d’un SGBDR écrit en C, multiplateforme et faisant partie du domaine public (gratuit). Très simple, ce moteur est très apprécié pour son absence de configuration. Par contre, impossible de se connecter à distance ou de gérer des utilisateurs avec SQLite. Cet outil n’est pas une alternative aux gros systèmes de bases de données : il est avant tout destiné à être mono-utilisateur et mono-tâche. Il convient parfaitement dans les systèmes embarqués et pour l’internet des objets, le suivi des modifications, les petits sites web dynamiques. Son inventeur, D. Richard Hipp, a réussi à faire tenir le logiciel dans à peine 300Ko d’espace disque et la base de données est présente par exemple dans Firefox, Skype et les téléphones mobiles Android et Apple parmi d’autres.

Photo : Andrew Davidoff

Laisser un commentaire